Guelma: Moualfi préside la mise en service d’une station de traitement de lixiviats

La ministre de l’Environnement, Samia Moualfi a présidé, lundi à Guelma, la mise en service d’une station de traitement de lixiviats implantée au Centre d’enfouissement technique (CET) de Boukerkar dans la commune d’Héliopolis.

Dans une déclaration à la presse en marge de l’inauguration de cette station, Mme Moualfi qui était accompagnée du ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a indiqué que la réalisation de cette nouvelle station s’inscrivait dans le cadre du programme tracé par son département ministériel portant création de plusieurs stations similaires à travers le pays.

D’une capacité de 80 m3/jour, cette station favorisera la préservation de l’environnement de toutes les régions proches du CET, a-t-elle fait valoir, relevant que le constat sur le terrain et le suivi de toutes les phases du processus de traitement des lixiviats de déchets au niveau de la station ont révélé la façon de transformer les liquides issus des déchets en des eaux utilisables dans plusieurs domaines dont l’irrigation agricole.

Après avoir écouté un exposé sur l’activité du CET, le seul dans la wilaya de Guelma, qui accueille 72.600 tonnes de déchets/an en provenance de 13 communes sur un total de 34 de la wilaya, la ministre a mis l’accent sur la nécessité de recourir au tri sélectif des déchets, étant donné que les fossés utilisés pour l’enfouissement des déchets se remplissent souvent rapidement et dont la moyenne d’existence n’excède pas 5 ans.

Accompagnée du ministre de l’Industrie, la ministre de l’Environnement avait entamé sa visite à la wilaya par l’inspection de l’unité de production des levures à Bouchegouf où les deux ministres se sont enquis des dangers écologiques que représente la relance de l’activité de levure dans cette unité, en arrêt depuis 2002.

La ministre a indiqué que sa visite intervient en réponse aux préoccupations soulevées par les députés de la wilaya à l’Assemblée populaire nationale (APN), sur la façon de relancer l’activité de cette unité importante pour laquelle l’Etat a dépensé des fonds considérables.

Elle a appelé les investisseurs à travers le pays de prendre connaissance des lois algériennes relatives à la préservation de l’environnement avant de choisir le site devant abriter leurs unités de production, soulignant que le ministère de l’Environnement accompagne tous les projets d’investissement et ses portes restent ouvertes à tous les opérateurs.

APS